top of page

Littéramā’ohi revue 27 - Le Lundi-littéraire

Dernière mise à jour : il y a 4 jours

Salut mes gastéropodes littéraires,

Littéramā’ohi revue 27 - Le Lundi-littéraire Manutea Rambaud maanurmd photographie littérature francophone pacifique océanie moderne article livre polynésie française tahiti

C’est dans une douceur imprécise que nos esprits se sont donnés rendez-vous au coin du manguier florissant. 

- N’oublie pas cette Histoire qui a forgé nos aïeux, me dit-il.

- Mais je ne les connais pas, lui ai-je répondu.

- Alors assieds-toi à mes pieds et écoute la mémoire dans le creux de mes branches, entends les voix silencieuses qui caressent mes feuilles et les douleurs muettes de ma sève qui coule dans le tronc de mes entrailles.


« Rien n’est plus difficile pour un peuple que l’on a dit sans Histoire, sans mémoire, sans pensée, que de s’imaginer prendre la plume précisément pour raconter son histoire, transmettre sa mémoire, dire sa pensée. » - Edito par Mareva Leu.


En 3 points → Ecriture, voix, mémoire



ANATOMIE DE L'OUVRAGE


« Littéramā’ohi » c’est une revue recueillant plusieurs types de textes : poésie, pièce de théâtre, prose, étude… Ce présent ouvrage est la 27e revue sortie en l'année 2023 éditée par l’association du même nom. Chronologiquement, il est évident que je me dois de présenter la première édition et publication de cette revue mais je n’ai malheureusement pas l’ouvrage entre mes mains. J’ai pu toutefois avoir la chance de la feuilleter et relever quelques extraits pour un prochain article. Donc c’est à rebours que je fais cette présentation.


Pour cette présente édition, plusieurs parties se sont ajoutées : 

  • Te ana rahu’a (présentation d’art et de ses artistes)

  • Taputea Ora & Te ana pouga Magareva

  • Ateliers d’écriture créative menés par d’autres structures

  • Textes écrits dans le cadre d’ateliers d’initiation au slam en milieu pénitentiaire


Enfin, si nous devions brièvement présenter cette revue sans être redondant pour le prochain article sur le Tome 1, « Littéramā’ohi » c’est un espace de publication par les auteurs autochtones, leur donner une voix et dans ce tifaifai d’écrits, offrir une vision riche et variée de ces auteurs de Polynésie.


Littéramā’ohi revue 27 - Le Lundi-littéraire Manutea Rambaud maanurmd photographie littérature francophone pacifique océanie moderne article livre polynésie française tahiti


DES PRÉLIMINAIRES EN ÉMOIS


Le polycosme s’insurge et se dévoile dans les langues, il brille et déclame à travers les mots qui depuis des siècles résonne dans les monts ancestraux. Désormais, ces échos jadis ayant trouvé refuge dans des trous de montagne reviennent sur le littoral. Ils reviennent mais c’est au devant d’une modernité parfois criante tantôt nonchalante qu’elle se pavane sur le bitume brûlant. Un bitume brûlant de haine et d’injustice, de métissage et de racisme, dans une ville abondante de crasse noirâtre des pickup Ram 3500 en perpétuelle évolution. Une colonie de pots d’échappements qui s’agglutinent et se répandent comme une maladie incurable. 


Mais tout ceci est une inspiration postérieure à cette lecture, soufflé par les voix de la presqu’île dans les hauteurs des plaines, en des heures déclinantes.


« Dans le sel des silences, des naufrages de nous. » - Laura Lissant

Ce sont des vérités non-dites, des silences incompris, en permanence critiqués par les anciens qui ont oublié leur jeunesse et ne prennent pas le temps de comprendre les nouvelles difficultés des générations futures.


« Comment Flora, la petite mangarévienne, pouvait-elle lui expliquer les difficultés de compréhension qu’elle avait rencontrées là-bas, au collège de Tiputa à Rangiroa, difficultés dues aux différents dialectes pa’umotu de ses camarades et au français enseigné en classe ? » - Odile Purue

Et puis les écrits d’un auteur ou deux ont résonné dans mon esprit, des phrases ont impacté ma conscience. Une connexion de mots s’est effectuée, une fusion de compréhension dans cet amas de souvenirs lointains et d’écrits personnels. 


« Car la plaine brûlée qu’est mon cœur tout de cendres Flambe au vent des adultères et ses méandres Sur le brasier rouge de nos instinct primaires Que ne tarissent jamais les pluies passagères. » - Teamanui

« Je suis l’infâme qui n’est mère que des néants et des chagrins abysses. » - Laura Lissant

« Dans l’oeil perfide de nos beautés souveraines Habite l’horreur dont elle est bien souvent reine ; Car la solitude n’en est que la marraine A l’appel lugubre des sournoises sirènes. » - Teamanui


UN METS POUR QUELLE DILETTANTE


Cette revue « Littéramā’ohi » est une lecture pouvant être faite par des adolescents mais ceci avec précaution. En effet, des thématiques et des mots peuvent heurter la sensibilité.

Tout dépend de la curiosité, de la maturité ainsi que de la sensibilité de la personne en question. Étant la première revue acquise, je ne sais pas si les éditions antérieures sont similaires.


Toutefois, c’est un ouvrage intéressant à acquérir pour observer un large panel d’écrits, dans le type d’écriture mais aussi dans les thématiques qui inspirent les auteurs et les rêveurs. C’est un lieu d’expression où « les auteurs sont seuls responsables de leurs écrits et des opinions émises », apportant des points de vue divergents auxquels, il est certain, nous ne pouvons être en accord total, mais ceci est entendu.


« Quelle est ta relation avec le silence ? » - Maanu.

Littéramā’ohi revue 27 - Le Lundi-littéraire Manutea Rambaud maanurmd photographie littérature francophone pacifique océanie moderne article livre polynésie française tahiti

Littérama’ohi revue 27. Editions Littéramā’ohi, 2023

Comments


bottom of page