ISO la corde sensible

Dernière mise à jour : 2 mai 2020

Hello petit loup des bois !


Pour tout vous dire, j'ai appris sur le tas la photographie. J'ai pas pris de cours ou fait d'études, je me suis débrouillée comme une galérienne toute seule à l'arrache pour comprendre ce que tous ces chiffres voulaient dire. Internet est une source de connaissance et de savoir de ouf, d'autant plus si on sait comment l'utiliser. Les tutos, tu en trouves par milliers, il suffit juste de trouver la personne qui correspond à tes besoins, qui sais utiliser les termes qui te touchent.


Mais ne perdons plus de temps à tergiverser et lançons-nous avec ce nouvel article, la SENSIBILITE ISO.


  • Qu'est-ce que c'est ?

  • Et le grain dans tout ça ?

  • Que choisir ?

Si tu débutes ou des petites lacunes sur les bases, je te conseille de lire les articles sur la vitesse et l'ouverture.


QU'EST-CE QUE C'EST ?

ISO = Unité de mesure

La sensibilité ISO = La sensibilité du capteur (dans l'objectif) à la lumière.


Si ton ISO est haut (1600) = ton ISO sera plus sensible = ton image sera claire

Si ton ISO est bas (100) = ton ISO sera moins sensible = ton image sera foncée (et il faudra plus de lumière pour faire ton image si l'environnement est sombre)

Comparons tout ça à des yeux :

Une pupille est dilatée quand il y a peu de lumière (ou quand tu as pris de la drogue) pour justement, capter le plus de lumière possible pour « voir » dans le noir.

Ta pupille est grosse et essaye de capter la moindre source lumineuse. Si tu as les pupilles dilatées en pleine journée (donc si tu as pris de la drogue ou mis des gouttes pour les yeux pour les dilater) tu vas avoir mal aux yeux sa mère. Genre tu es aveuglé quoi. Parce qu'il y a beaucoup trop de lumière et que ton capteur est grand ouvert. Imagine, c'est comme si on t'ouvrait grand les yeux et qu'on balançait de l'eau direct dedans. Voilà.



A l'inverse, si ta pupille est rétractée, ça veux dire que tu es dans un univers assez lumineux pour que tu aies juste une petite pupille. Donc easy tranquille, on est bien. Mais si tu as un problème d'yeux (imaginons) et que tes pupilles ne se dilatent pas quand il fait nuit ou plus sombre, t'es dans la merde. C'est un filet de lumière qui traverse ton capteur, donc tu ne vois pas grand chose.


Voilà dans l'idée, il faut équilibrer tout ce bordel pour qu'à la fin, tu aies un rendu assez

« réel », ou assez équilibré pour que ton image soit « normale ».

Mais au final, à quoi ça sert ? Eh bien comme je viens de la dire, à s'adapter à différentes situations de lumière.

ET LE GRAIN DANS TOUT CA ?

Comme on l'a vu dans l'article précédent sur l'exposition, le grain ou le bruit, ce sont ces petits points parasites qui gâche la photo.


Mais avant de parler aussi vite du grain en le rabaissant ainsi, regardons-le autrement :


  • on peux l'utiliser pour un effet « argentique » dit « vintage » ou « vieilli »

  • ou pour apporter de la texture au cliché

Donc tout dépend de ce que tu souhaites en terme de résultat.


Mais comment on sait si le grain est voulu ou non ?

Ben concrètement, ça se voit. Ce que je veux dire par là, c'est que, pour un œil averti envers une œuvre d'art, c'est assez visible de voir si le grain est fait exprès ou non.

En revanche pour le business, on va éviter ce grain car perçu comme disgracieux (un peu comme un gros bouton blanc en plein milieu de ta tronche). Mais c'est pas une raison pour croire que c'est moche, au contraire. Ce qu'il faut, c'est s'adapter à la situation, à la demande, à l'attente du client.


Cependant, si tu fais de la photo pour le fun, à but non professionnel et que tu en as strictement rien à foutre de ce client inexistant, ben va s'y fait toi plaise ! (mais sache qu'il faut toujours connaître et maîtriser les bases avant de pouvoir faire des folies)

QUE CHOISIR ?

En résumé, si tu veux absolument éviter le grain/bruit, utilise la valeur la plus faible, c'est-à-dire entre 100 et 400 ISO. Pourtant rappelons qu'il faut s'adapter à la situation et que tu peux pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière.


En d'autres termes, si dans une situation où tu fais des photos de nuit comme durant un festival ou un concert, tu peux pas avoir des photos de dingue avec un ISO élevé SAUF si :

  • Tu as un capteur plein format

  • Un boîtier dernier cri

  • Un objectif avec une ouverture de bâtard (1,8 par exemple)

Mais il ne faut pas se décourager ! Je le dis tous le temps et je le rappelle, ce n'est pas l'appareil qui fait la photo ! C'est l'oeil du photographe qui va capter la scène et la mettre en valeur. Alors no panique si tu n'as pas un matos de dingue.


Allons-y pas à pas, doucement mais sûrement, et comme on dit souvent : « c'est en forgeant que l'on devient forgeron »


 


EXERCICE – à toi de faire !

Il est conseillé pour les photos en plein jour, les paramètres suivants : ISO 100 à 400

En intérieur mal éclairé, ou fin de journée crépuscule voire concert : ISO 800 à +

(attention à partir de 1600 et + les grains se font de plus en plus visibles de nuit)


Joue avec les paramètres ISO puis regarde le résultat.


 

Tu peux me soumettre tes clichés via ma boîte mail perso : rambaudmanutea@gmail.com

pour qu'on voit ensemble tes réglages, ce qui va, ce qui ne va pas, etc.


Si tu ne l'as toujours pas fait, abonne-toi à la newsletter pour être au courant des derniers articles sortis.

On est là pour progresser et "baiser le game" donc il faut produire ! Il n'y a pas de secret pour progresser, c'est la pratique, la patience et l'envie.

On se retrouve dans le prochain article pour parler de l'OUVERTURE.

Allez, bisous sur tes fesses.

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout