Des images libres mais pas trop

Salut salut mes p’tits loups des plaines,


Une nouvelle année vient de débuter, de nombreuses résolutions ont été prises et en 2021, tout le monde souhaite que cela soit une bien meilleure année. Personnellement, (pour une fois dans ma vie) je me suis donné des résolutions et contrairement à une bonne majorité des personnes, je vais m’en tenir. Car oui, ce sont des résolutions qui sont prises pour vous, pour vous proposer du contenu de qualité, de divertissement et d’apprentissage.

Si tu veux voir mes résolutions vite fais c’est juste en bas, sinon passe au paragraphe suivant :

  • Tous les 15 du mois, une NEWSLETTER astuce te sera envoyé

  • Je travaillerai plus de vidéos Youtube (backstages, challenge et surtout des tutos !)

  • Continuer d’écrire 2 articles par mois

  • Être toujours plus présente sur les réseaux

  • Te proposer du contenu de qualité et qui te sert (du moins c’est ce que j’essaye de faire)


Mais on est pas venu ici pour se retrouver autour d’un café pour parler petites boules de poils, amour gloire et beauté. On se retrouve aujourd’hui pour discuter d’un terme très souvent utilisé, que cela soit dans le domaine professionnel ou personnel. Oui oui tu l’as vu dans le titre, on va parler d’IMAGES LIBRES DE DROIT. Alors sans plus tarder, le sommaire :

  • Définition


  • Ce que les gens oublient


  • Les Licences Creative Commons


  • Comment les utiliser

PS : La source de cet article est issue du site du Ministère de l’Economie des Finances et de la Relance. Tout ce qui va être entre guillemets sont des extraits de ce dernier.



 

Définition

Tout d’abord, commençons par le commencement et qui dit début de tout, dit définition du terme. Les images dites libres de droits concerne à la fois des photos, des vidéos ou des musiques. En bref, ce sont des œuvres réalisées par des auteurs.

Le but avec ces types d’images c’est qu’au moment où on télécharge les images, on ne doit rien à l’auteur de l’œuvre, donc à l’artiste.


Contrairement à des prestations directes avec des cessions de droits prédéfinies pour le projet.

Ce que les gens oublient


Mais « libres de droit » ne dit pas que l’œuvre est exempt (donc « sans ») droit. Les images ne sont pas libres comme l’air, ni comme un microbe ou les poils d’un chat qui volent pour tapir le sol et en faire une moquette. Toute œuvre est soumise à des droits car nous l’avons déjà vu ici, qui dit œuvre dit artiste. Il est donc impossible que tous les droits soient cédés. La justice est bien faite, alors œuvrons pour qu’elle se fasse connaître.

Mais quels sont ces droits ? Comment ils sont réglementés ? Etc, etc.

Les Licences Creative Commons

Plusieurs licences existent mais les plus connues sont les Licences Creative Commons. Elle furent crées en 2001 aux Etats-Unis puis furent exportées en une version française. C’est de cette dernière dont nous allons en parler (on est francophone alors comprenons notre langue).

4 critères principaux sont à retenir, dont en découle 6 licences (nous verrons ça plus bas).

Les 6 licences :

- Licence paternité

- Licence paternité – partage des conditions à l’identique

- Licence paternité – pas d’utilisation commerciale

- Licence paternité – partage des conditions à l’identique – pas d’utilisation commerciale

- Licence paternité – pas de modifications

- Licence paternité – pas d’utilisation commerciale – pas de modification


Notons que le critère « paternité » se retrouve dans toutes les licences. Ce qui veut dire qu’à aucun moment une personne X Y peut revendiquer la paternité d’une œuvre étant donné qu’elle a été créer par un auteur. Nous demandons alors souvent (et gentillement, même pour les images libres de droit), de mentionner l’auteur.

Mais voyons de plus près les quatre critères :

  • Attribution / Paternité

« L’œuvre peut être librement utilisée, à la condition de l’attribuer à son auteur en citant son nom ».

➡ Je pense que je n’ai rien d’autre à ajouter, c’est clair net et concis.

  • Pas d’utilisation commerciale

« Le titulaire de droits peut autoriser tous les types d’utilisation ou au contraire restreindre les droits aux utilisations non commerciales ».

➡ En bref, l’auteur de l’œuvre et donc celui qui détient les droit, peut dire oui ou merde pour les types d’utilisations qu’il offre au public. Il peut aussi et surtout dire merde pour l’usage de son œuvre à des fins commerciales.

  • Pas de modification

« Le titulaire de droit peut continuer à réserver la faculté de réaliser des œuvres de types dérivées ou au contraire autoriser à l’avance les modifications, traductions... »

➡ Celui qui détient les droits peut modifier son œuvre (il en va de soi) et il a tous les droits sur son œuvre pour la modifier à sa guise.


  • Partage à l’identique des conditions initiales

« A la possibilité d’autoriser à l’avance les modifications peut se superposer l’obligation pour les œuvres dites dérivées d’être proposées au public avec les mêmes libertés (sous les mêmes options CC) que l’oeuvre d’origine ».

➡ J’ai rien compris je peux pas vous aider… NOPE

Ce fut une boutade (sorry).

En gros, l’auteur peut autoriser à l’avance les modifications de son œuvre mais toutes les œuvres réalisées qui vont être un dérivé de cette dernière, auront les mêmes droits que l’œuvre-mère.

Comment les utiliser



Attention au contexte de l’utilisation de l’image. Par exemple, si l’image représente une personne, cette dernière peut porter plainte si le contexte dans lequel il est utilisé porte préjudice à ladite personne. (comme le droit à l’image qu’on a vu précédemment)


Les contenus concernés sont :

- Les images animées ou non

- Les bases de données

- Les rapports

- Les contenus éditoriaux

- Les illustrations et travaux graphiques

Je ne développerais pas plus en détail toutes les spécificités, les cas, les détails, etc. Car ce serait beaucoup trop lourd à digérer pour un article.

 

Et voilà mon p’tit loup, on s’arrête ici pour ce premier article de l’année !

J’espère en tout cas qu’il t’a bien plu et que tu as appris des choses. Sache qu’à chaque fois que j’écris des articles, c’est pas de la science infuse qui sort de ma petite tête mais des heures de recherches pour te proposer un contenu de qualité, de bonnes infos et des explications simplifiées (à la limite de la vulgarisation) afin que cet article soit accessible à tous. En tout cas, c’est ce que je m’emploie à faire. Car, mon dieu, ce qu’il est fatiguant de lire des articles incompréhensibles avec du vocabulaire technique et grec !

M’enfin voilà, sache que tu peux toujours t’inscrire à la NEWSLETTER pour être tenu au courant de chaque mise en ligne des articles et avoir accès à des petits TIPS en photographie rien que pour toi.

Si tu veux voir plus de présence au niveau des réseaux, je te conseille mon INSTAGRAM Tu y verras mes aventures au quotidien, des backstages de mes shoots et les moults bêtises que je peux dire.

Je t’envoie plein d’amour et de tendresse sur ton cœur.

LOVE.

41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout