Les animaux et la photo

Salut mes loups des montagnes tropicales,


On se retrouve aujourd’hui (après de nombreux jours sans se lire) pour traiter d’un sujet qui, je l’espère, va susciter de l’intérêt à quelques personnes. Comme j’ai pu le dire (ou pas, je ne sais plus), mon rythme d’écriture d’articles sur la photographie a changé. Ne sera désormais publié qu’un article par mois car le travail appelle dur et je n’ai plus beaucoup de temps pour écrire (ce qui est aussi une bonne nouvelle professionnellement parlant). Mais au lieu de blablater encore sur des sujets qui n’ont pas lieu d’être sur ce blog, commençons dès à présent avec le sujet du jour : Les photos d’animaux, et voici le sommaire :

  • La photographie animalière

  • Du matos sympatoche

  • Un angle à exploiter



 

La photographie animalière

La photographie animalière est un genre assez vaste et exploité par grand nombre de personnes, allant du camouflage complet à l’improbable « bon endroit, bonne heure », créant des clichés extraordinaires et imprévus.



gif

Ou ça peut être tout simplement une passion de nos animaux de compagnie : du chien dans la piscine, au chat grognant, aux petits oiseaux chantant ou à l’escargot dans son bain, les sujets sont vastes et les personnalités divergentes.

Du matos sympatoche

Au-delà du boîtier et des marques d’appareils, voyons plutôt niveau objectifs ce qui est intéressant à posséder. Je ne dis pas qu’il est nécessaire de les avoir, qu’il faut absolument les acheter, loin de là. Ils ne sont pas non plus les seuls et unique à être bien, les plus conseillés, etc. Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres, ce ne sont que des conseils perso. que je partage.


  • Le 300mm est un objectif très sympathique pour les animaux sauvages car il permet de voir de près les sujets qui sont loin. C’est aussi très pratique pour les photos de sport mais ce n’est pas vraiment le sujet du jour donc concentrons nous sur les n’animaux. Le 300mm est lourd et cher mais très efficace pour capturer les animaux qui ne se laissent pas faire, qui n’aiment pas la présence humaine. Ça leur permettra une certaine tranquillité dans vos prises de vue et un stress en moins pour eux. Mais il est toujours préférable d’avoir un trépied pour stabiliser votre gros matos au risque de crampes aux bras ou pire ! Une photo floue.

  • Sinon le 80mm avec une ouverture à 1.8 par exemple (le flou d'arrière plan détachera bien le sujet), est intéressant pour les animaux de compagnie. Ca nous rapproche un peu moins que le 300mm mais tout de même, ça fait son effet ! Et même s’il est plus petit et plus léger, attention à ne pas bouger !


Si vous faites de la macro, le trépied est votre ami de toujours car un moindre coup de vent et la feuille bouge, le tumulte d’une fourmilière n’aide pas et la stabilité d’un humain n’est pas absolue.

Et si trépied vous n’avez pas, un truc simple à faire attention (si vous utilisez le FULL manuel par exemple), c’est de régler votre vitesse de sorte à ce qu’elle soit rapide (1/150 ; 1/300… à adapter selon les conditions, la lumière, le sujet et vos autres réglages). Ca évitera les p’tits mouvements de bouger de votre appareil et de bien faire net le sujet pris en photo.


Pour finir, je le rappelle qu’il n’est pas nécessaire ni obligatoire d’avoir ces types d’objectifs qui, qu’on se le dise, ne sont pas donnés ! Alors même avec peu de budget, un téléphone, un appareil amateur, l’on peut se permettre de faire de belles photos. Et pour sublimer vos clichés, je vous donne un dernier tips qui peut être appliqué par tout le monde : L’angle de vue.

Un angle à exploiter

Si vous êtes assidus, j’ai déjà écrit un article sur le cadrage (3e point de cet article), il y en a plusieurs mais pour la photographie animale (comme les photos d'enfants), nous n’en retiendrons qu’une seule, le plan à hauteur d’œil.



Pourquoi ? Parce qu’il aura plus d’impact qu’une photo en plongée ou en contre-plongée qui sont des angles communs (on a la flemme de se baisser quoi) et qui ont implicitement une signification (voyons ça plus bas).

 

POUR RAPPEL* :

  • La plongée : Sentiment de supériorité face au sujet. On est au dessus de lui, on le domine.

  • La contre-plongée : Sentiment d’être en infériorité. On est en dessous mais surtout, il peut ne pas être mis en valeur (hashtag le double menton).

Plongée Hauteur-d'oeil



Le plan à hauteur d’œil nous permettra de nous mettre au même niveau que notre sujet, le mettant au même « plan » que nous, à égalité. Ce qui sera d’autant plus flagrant en optant pour ce plan, c’est que le sujet sera encore plus mis en valeur. On s’assoit, on s’allonge, on fait une roulade, que sais-je, mais on se met à la hauteur de son sujet. Vous essayez ça et vous verrez la différence.

Et le must du must, une p’tite mise au point sur son œil et là c’est tout gagné ! Ne dit-on point que l’âme se reflète dans les yeux ? D’où le fait que je dise souvent que je vole des âmes… Je ne suis pas Lucifer mais pas loin et sachez que mettre son focus sur un œil plutôt que sur la tête ou le nez aura plus d’effet, de sensation, d'émotions sur le cliché final.

 

Voilà mes p’tits loups, j’espère que cet article sur la photographie animale vous a plu ! Certes, il n’est pas question de photographie animale professionnelle comme nous pouvons l’entendre car je ne suis pas spécialisée mais ce qui a été vu sont des petits conseils que vous pouvez prendre, à la fois pour le matériel à utiliser, mais aussi pour les quelques idées techniques.

Vous pouvez toujours me retrouver sur les réseaux : Facebook pour suivre mes projets professionnels et personnels ou sur Instagram pour parcourir avec moi le monde de la photographie au jour le jour.


On se voit le mois prochain pour parler de votre Voie Artistique, comment la trouver, etc. Un sujet vaste et complexe mais qui, lorsqu’on le trouve est aussi satisfaisant qu’apaisant.

LOVE.

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout