Du bruit et du numérique

Dernière mise à jour : 1 déc. 2020

Hello les p'tits loups !


Il y eut moult débats - et ça depuis la création de l’Art - sur ce qu’est le Beau. Si nous avançons dans le temps jusqu’à nos jours au XXIe siècle, la notion de beauté est un terme abstrait, parfois épineux, dangereux, voire revendicateur, engagé ou totalement subjectif.

Si nous devions rapprocher la notion de beauté à un autre domaine ça serait clairement l’anthropologie. Un domaine où l’Homme travaille sur les cultures, les valeurs, les croyances, les us et coutumes, les différences, tout en prenant un recul conséquent et respectueux pour noter et comprendre ces traditions, ces modes de pensées. La beauté est partout et comme le dirait Oscar Wilde « La beauté est dans les yeux de celui qui regarde ». Cette citation particulièrement connue prend tout son sens ici car selon les époques, nos origines, nos influences, notre personnalité, la beauté est subjectivement agréable à nos yeux et abstraitement comprise par les Autres.

Tout ça pour dire qu’en photographie, les techniques utilisées, le flou artistique, le high key ou le low key sont des styles que l’on peut aimer comme détester. Il n’y a aucune règle pour ça.

Et pour illustrer mes propos, on va voir ce qu’est le bruit numérique, comment l’éviter et comment bien l’utiliser si on l’use de manière volontaire.

Pour cela, nous verrons tout d’abord :

  • Définition

  • La cause

  • Comment y remédier ?

  • Un style artistique

PS : On avait vu une première ébauche dans cet article traitant de l'ISO.



 


La définition

Par définition, le bruit numérique est un parasite ou une dégradation de la photo. Il peut être présent, quelque soit l’appareil utilisé, amateur, professionnel ou téléphone portable, et donc quelque soit le capteur.


Si nous remontons à l’époque de l’argentique, l’on parlait de grain.

Donc « bruit » ou « grain », c’est exactement la même chose, ça dépend vraiment des gens et du vocabulaire qu’ils préfèrent utiliser.

La cause

La cause est principalement dû à une sensibilité ISO trop élevée.

Pour prendre un exemple, si tu prends une photo en plein jour à partir de 1600 ISO, tu risques d’en avoir. Et de nuit, c’est encore pire car :

- les conditions sont plus difficiles

- il y a une faible luminosité

- on aura tendance à monter les ISO pour capter les lumières (surtout si l’objectif n’a pas une grande ouverture pour capter la lumière)

Ici, c'est du grain amplifié et vulgaire pour montrer à quoi il ressemble.


Comment y remédier ?

- Tu peux bouger ton sujet en fonction de la source lumineuse

- Mettre plus de lumière sur le sujet = flash, réflecteur, néon...

- Retoucher avec des logiciels mais attention à la perte de matière = risque de flou, que le sujet ou les bords du sujet soient moins net (aussi il faut surtout shooter en RAW pour avoir le moins de perte d’infos !)

- Tester les limites de ton boîtier, à partir de quel moment l’ISO est trop élevé pour l’exploiter comme on le veut (selon toi, ce que tu aimes et pas en fonction de ce que les autres disent)

- Et puis dès fois, quand ça marche pas… c’est qu’on peut pas. Que ça soit dû au boiter ou de l’objectif, il n’y a pas tout le temps solutions à nos problèmes !

Un style artistique

Au-delà de la gêne et de la « non-esthétique », le bruit numérique peut se transformer en une touche artistique, un cachet particulier à l’image.

Mais comme le cadrage, quand on veut du bruit numérique, il faut y aller et pas faire semblant. C’est-à-dire qu’il faut le doser de sorte à ce qu’il soit visible et présent de manière volontaire.

Et pour illustrer tout ça, voici un exemple d'un photographe usant de ce grain pour créer des clichés fabuleux ! C'est assez subtil mais il est présent et c'est ce qui fait l'esthétique de ce cliché.


Pour finir, le bruit numérique n’est pas forcément une erreur, une faute à absolument éviter. L’on peut l’utiliser de manière artistique, pour donner un effet « vintage », abîmé, donnant ainsi une marque supplémentaire à la compo finale du cliché.

 


Voilà, j’espère qu’après cet article, ta vision du bruit/grain changera, que tu pourras tester des petites choses sympa ou au contraire éviter ce désagrément pas du tout voulu au moment de la prise de vue.

En attendant, je te dis à bientôt et on se voit la prochaine fois pour parler d’un sujet assez piquant « Est-ce l’appareil ou le photographe qui fait la photo ? ».

Et si ce n’est toujours pas fait, tu peux toujours t’abonner à la NEWSLETTER et même visiter ma

chaîne Youtube toute fraîche qui n’attends que tes retours et ton abonnement ! D’autres choses sont à venir !

LOVE.

40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout