top of page

« ruby moonlight » - Ali Cobby Eckermann (lundi-littéraire)

Salut mes p'tits oiseaux ensorcelés,


Il est le temps de repartir dans un passé peu éloigné, dans des contrées non si lointaines, à quelques jours de navigations et à quelques coups d’ailes de là, en Australie. Ainsi, c’est sous la plume d’Ali Cobby Eckermann, poète aborigène de notre ère, que nous nous laissons transporter à travers ses pages, sur la terre de ses ancêtres au 19e siècle. Une époque où les aborigènes subissent une véritable traque humaine par les colons britanniques.

Mais ne nous affolons point, la violence du terme “traque” est soigneusement choisie pour sa justesse, ne définissant pas la ligne directrice de cette œuvre car l’amour s’y glisse. L’amour véritable, simple, doux, s’insinuant sans crier gare dans les émotions les plus intimes de notre corps, un amour pourtant interdit, victime de sa propre humanité.


En 3 points → Australie, Histoire, aborigènes


 


ANATOMIE DE L'OUVRAGE


« ruby moonlight », c’est un roman de douceur et de poésie, dans une réalité poignante d’un passé écorché à vif, dont les souvenirs de nos aïeux sont un témoignage à ne pas oublier. C’est un point d’ancrage qui amorce le mécanisme de la résilience, dans un corps littéraire assigné au roman, déployé sous la forme de poèmes aérés, où mots et phrases flottent dans une histoire de mémoire. Cette œuvre est une édition Au Vent des îles de 2023, traduit de l’anglais par Mireille Vignol.


« la nature peut tourbillonner comme une feuille morte parfois se faire papillon ou endeuillée à terre se faire poussière »


DES PRÉLIMINAIRES EN ÉMOIS


Alors que l’on tourne les premières pages pour se délecter des tout premiers mots, c’est un réel envol vers une époque. Une ère dans un air d’ōrero, une adresse aux lecteurs, un chant déclamé par Nature qui, chaque jour, nous apprend à comprendre le monde qui nous entoure.


« méliphages barbe rouge prennent des nuances de vert le bleu des mérions superbes vire au brun camouflage fie-toi à la nature »

L’oralité se meut dans l’écrit comme une évidence où l’hybridation linguistique s’y ressent également car s’y faufile des mots de la langue de leur clan. Un mariage finement déposé dans le corps francophone/anglophone selon les versions, donnant à voir un concubinage similaire à nos îles.


« elle recueille les dernières braises dans un coolamon la tradition suit les méandres d’un sentier battu le long d’une rivière apaisante »

Pourtant, dans cet océan de mémoire et de tradition, nous observons la réverbération d’une réflexion. Celle de l’avenir des aborigènes et des conséquences de la loi terra nullius.


« la survivante est une lubra de la tribu des Ombres
le clan vit ici depuis l’aube des temps
de sa disparition qui s’apercevra ? »

De ce témoignage s’y ressent, compatissant ou empathique, une douleur et une force.


« les vents du cap adoucissent mon cri sur les récifs de la trahison quand le navire vogue et me berce »

Également, comme je le disais tantôt, l’amour s'immisce dans ces pages. Un amour interdit, un amour caché et pourtant fort, sincère, fabuleux. Au creux du bush australien, entre le sillage d’une rivière et sous un bois fraîchement humecté par la brise du matin, brille dans l’obscurité de l’aurore, des sentiments d’une nuance cristalline.


« il chuchote des mots tendres
ruby moonlight

elle est une gemme
brasillant dans la nuit noire »

Et c’est avec ce poème qui à la consonance de son propre titre que nous nous laissons, pour ainsi laisser perdurer un suspens invitant à la découverte de cette œuvre.



UN METS POUR QUELLE DILETTANTE


« ruby moonlight » est un roman qui est accessible à partir de l’adolescence, néanmoins percé de violence, adoucit par l’amour, affûté par l’Histoire. Sa lecture aisée n’en fait pas moins un roman emprunt de force, de douleur, de paix et de partage, dont chaque sentiment n’est pas à négliger si l’on souhaite l’offrir. Que cela soit pour soi-même ou pour un proche, il est toujours mieux d’adapter le choix en fonction de la personnalité et de la sensibilité de chacun.


Cette douceur littéraire nous embarque dans un passé qui peut résonner en nous, un écho à notre cœur, du moins il a résonné pour ma part.


« hélas mon gars ô quelles mésaventures surviennent en pays étranger mais le chant de l’âme ne faiblira point grâce à la félicité de ta langue maternelle »


ECKERMANN Ali Cobby.ruby moonlight. Ed. Au vent des îles, 2023.


20 vues0 commentaire

Σχόλια


bottom of page